Ouattara usurpateur de la lignée de l’Empéreur Sékou Ouattara ? - Upafrika

Ouattara usurpateur de la lignée de l’Empéreur Sékou Ouattara ?

Doute sur les racines de Draman Ouattara

Ouattara usurpateur de la lignée de l’Empéreur Sékou Ouattara ?

Source : AFRIKANEWSGROUP -- Date : 03-06-2017 12:34:51 -- N°: 131 -- Lu : 13 fois -- envoyer à un ami

Doute sur les racines de OuattaraAFRIKANE

image -- Ouattara usurpateur de la lignée de l’Empéreur Sékou Ouattara ?

Cet article fut publie pour la première fois par le site connexion ivoirienne le dimanche 7 juillet 2013 mais son contenu est actuel et peut rafraichir la mémoire aux anciens et surtout donner beaucoup d’informations aux jeunes et futures générations sur la personnalité de cet usurpateur génocidaire collabo a la solde des blancs chez nous. LISEZ POUR L’HISTOIRE

Pourquoi Alassane Dramane Ouattara s’est construit une lignée royale ?

Cette contribution découle de la lecture du livre de Charles Onana, Côte d’Ivoire : Le Coup d’Etat. À la page 69, parlant de la lignée de M. Alassane Dramane Ouattara, Onana écrira:  « Il ira jusqu’à construire une légende de sa famille à Kong. (…) il s’est très vite trouvé un illustre ancêtre ivoirien en la personne de Sékou Ouattara».

Après la stupéfaction, plusieurs questions se posent : Est-ce vrai que M. Ouattara s’est-il construit cette légende familiale ? Et pourquoi l’a-t-il fait ? Nous avions voulu vérifier, puis comprendre. Nos enfants doivent connaître l’histoire de l’Afrique. L’Histoire dit-on est le tribunal de tout Peuple. Elle doit, de ce fait,  « (…) expliquer et faire comprendre le passé. Sans anachronisme, sans amalgame ni falsification. »  .

  1. Alassane Dramane Ouattara (A.D.O) « retrace » sa généalogie

Au  Forum de la Réconciliation,  organisé par le président Laurent Gbagbo en 2001, M. Alassane Dramane Ouattara est intervenu le samedi 1er décembre 2001. Dans cet extrait qui suit et provenant de son discours, il retrace son arbre généalogique:

«Mon père Dramane Ouattara est Ivoirien. Il est de Kong en Côte d’Ivoire, descendant de l’empereur Sékou Ouattara, bien connu des historiens. Après avoir été enseignant, il est devenu représentant de la CFAO et commerçant. (…) Mon père a eu à exercer à Sindou non loin de la frontière ivoirienne, les fonctions de chef traditionnel de village. Sindou faisait partie de l’ancien empire de Kong, qui couvrait alors une partie de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Ghana. Je suis de la lignée de l’Empereur Sékou Ouattara, fondateur de l’Empire de Kong au début du 17ème siècle. Le premier de mes ancêtres qui a foulé notre sol vers les années 1700 s’appelait Tiéba. Il était accompagné de ses enfants Sékou (dont je suis de la sixième génération), Famagan, Dabla et Karakara. C’est son fils Sékou qui est le fondateur de Kong. Sékou Ouattara, souverain des Etats de Kong a donné naissance à Djoridjan Ouattara, qui lui-même a donné naissance à Soumaoulé Ouattara, qui a son tour a mis au monde Aboubacar Ouattara, mon grand père. Et c’est vers 1888 que naquit mon père Dramane Ouattara.»

Notons que les passages concernant la lignée de M. Alassane Dramane Ouattara ont été, par nous, soulignés et mis en gras.

En revenant au texte, il apparait clairement que M. Alassane Dramane Ouattara, lui-même, se proclame (ou s’autoproclame) descendant de l’empereur Sékou Ouattara de Kong. Puisqu’il (M. Alassane Dramane Ouattara) affirme que cela est connu des historiens, alors confrontons ses propos à l’Histoire des Etats de Kong, ainsi qu’à la lignée du fondateur du royaume : Sékou Ouattara.

  1. Les sources historiques font mentir M. Alassane Dramane Ouattara

Charles Onana, pour illustrer ce qu’il a avancé, à savoir « l’invention » par M. Alassane Dramane Ouattara de sa ligne royale, fait référence aux travaux du gouverneur-chercheur Louis Tauxier (1871-1942). De ces travaux, il s’agit d’un de ses manuscrits qui, depuis 2003, est devenu un livre.


2.1.Le livre sociologique de Louis Tauxier

Le livre issu du manuscrit de Louis TAUXIER, dont le titre est « Les États de Kong (Côte d’Ivoire) » constitue une véritable mine d’informations, non seulement, sur ce royaume, mais surtout sur l’empereur Sékou Ouatara et sa descendance. Mais hormis ces informations, d’autres éléments relatifs à l’auteur méritent d’être évoqués.
En premier lieu, l’administrateur sociologue et historien Louis Tauxier fut un contemporain du père de M. Alassane Dramane Ouattara. En effet, Tauxier fit ses recherches à une période où le père de M. Alassane Dramane Ouattara était adulte. Puisqu’il serait né vers 1888 selon le témoignage de M. Alassane Dramane Ouattara lui-même. Il devait avoir entre 33 et 34 ans.
« (…).Cette étude, qui rend compte de ses recherches faites en 1921 et 1922 (…). »

En deuxième lieu, Tauxier mena ses recherches sur les Etats de Kong, pendant plusieurs années, aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Haute Volta (actuel Burkina Faso).
« Tauxier a pu faire toute sa carrière en Afrique occidentale, en effectuant de longs séjours dans les mêmes régions – huit en Haute Volta et neuf ans en Cote d’Ivoire. (…) son étude sur les Etats de Kong lui fut demandée par le gouverneur de Côte d’ivoire, témoignant ainsi de la qualité de ses recherches. »

En troisième lieu, M. Tauxier, en tant qu’administrateur, parlait plusieurs langues africaines, notamment le « dioula ».

«(…) les administrateurs coloniaux qui étaient formés à l’école coloniale devaient obligatoirement apprendre deux langues ‘indigènes’. (..). Comme tous les fonctionnaires coloniaux ne passaient pas par l’Ecole coloniale, des mesures le 5 octobre 1914 est pris par le Lieutenant-Gouverneur de Côte d’Ivoire un arrêté instituant, en faveur des fonctionnaires, employés et agents européens une prime pour la connaissance des idiomes indigènes .»

Enfin, Tauxier, au cours de ses recherches, a confronté ses travaux à ceux des autres historiens qui se sont aussi intéressés aux mêmes questions. Il s’agit de Binger (Du Niger au golfe de Guinée par le pays de Kong et le Mossi), le lieutenant Paoli (Monographie de Banfora, 1920) et de Labouret (Les tribus du rameau Lobi, 1931), Delafosse (Haut-Sénégal-Niger), etc.

2.2. Confrontons les dires d’Alassane Dramane Ouattara aux recherches historiques

Dans cette partie, nous comparerons, d’une part, la « déposition » faite par M. Alassane Dramane Ouattara lors du forum de réconciliation; et d’autre part, les travaux de Louis Tauxier. Mais avant, rappelons ce que M. Alassane Dramane Ouattara avait dit de sa lignée : Sékou Ouattara, souverain des Etats de Kong a donné naissance à Djoridjan Ouattara, qui lui-même a donné naissance à Soumaoulé Ouattara, qui a son tour a mis au monde Aboubacar Ouattara, mon grand père. Et c’est vers 1888 que naquit mon père Dramane Ouattara. Nous pouvons sans risque de nous tromper schématiser cette lignée dans l’ordre ci-dessous. Sékou Djoridajan Soumaoulé Aboubacar Dramane Alassane Dramane.

Ajoutons que le symbole « » signifie est  « …est fils direct de … ».

À la suite de ses recherches, Tauxier établit, aux pages 210-21 de son manuscrit, le tableau généalogique de l’empereur Sékou Ouattara. Dans cette liste, il y a, d’une part, ceux qui furent successeurs du premier roi de Kong et, d’autre part, ceux qui ne le furent jamais. Pour les premiers cités, on trouve devant leur nom un numéro entre parenthèses indiquant l’ordre dans lequel, ils ont succédé à la tête des Etats de Kong. Donc, il est clair que tous les enfants de l’empereur n’ont pas tous exercés la fonction de roi des Etats de Kong. En voici la retranscription telle que présentée par Tauxier dans son manuscrit.

 

Sékou Ouattara (1)

Diori Souman Oulé
Kelemori Souma Ali Kingodinn Mori Finng
Samandougou (2) ? Daba (16)

Kokoura
Asourouba (7) Kesse Fima (15)

Kombi (3) Ba Dougoutuigui (17)
Sanitieba (18)
Koffi
Oussé (19)

Sori Farama (9) Pintie Ba (22)
Sékou (1) Mori Magari (4) Diori (11)
Balakie Kongodinn

Bagui (10)
Souma Fing (5) Bakari Sotigui (12) Tamoriba (23- chef actuel)
Tiéba Daraba Biema (héritier éventuel)

Mori Siré (13)
Anzoumana Fimba (6) Lena (14)

Karakara Ba Daba (8)
Niegue Tieba Soukoulou Mori (20)
Gouroungo Dougoutigui dit Bagui Kamele Mori Karamokho Oule
Dao Tou Mori Oulé Kombi (21)

En regardant la descendance de l’empereur établie par Tauxier, nulle part n’apparaît la lignée que M. Alassane Dramane Ouattara a présentée. Cependant, l’on peut supposer que pour une question de phonétique et de prononciation, la lignée donnée par M. Alassane Dramane Ouattara pourrait correspondre à la première ligne de Tauxier (que nous avions mis en gras). Ce qui signifie que Diori et Djoridjan seraient une et même personne tout comme Souman-Oulé et Ansoumaoulé. Mais alors demeure un autre problème. Pendant que la lignée de M. Alassane Dramane Ouattara s’étend sur six générations, celle de M. Tauxier s’arrêta tout net à deux générations. La différence viet du fait que Souman-Oulé est mort au combat sans avoir eu aucun descendant.
« Ousmane-Oulé ou Souma était le petit-fils du ckeikh [Sékou Ouatara] par Diori qui était l’aîné des fils de celui-ci mais qui mourut avant lui à cause de l’extraordinaire longévité de son père. (…), d’autre part, (…) le commandement d’un petit-fils du cheickh- petit-fils qui devait avoir au moins vingt ans- implique que ces différentes expéditions doivent s’échelonner sur un assez long temps …. (…) Ousmane-Oulé était parti au début de ces conquêtes de Niafounambo sur la route de Kong à Léna. (…). Enfin, marchant vers le nord, il aurait pris Sofara (…), à l’est de Djenné et pas bien loin de cette ville, puis serait venu mourir à Mahou. »
D’autre part, si comme le prétend M. Alassane Dramane Ouattara son grand père Aboubacar fut le fils de Souman- Oulé, alors ce grand père (Aboubacar) ferait, logiquement, partie de l’ordre de succession. Il se placerait entre le 11ème et le 12ème roi des Etats de Kong, à savoir entre Diori et Bakari Sotigui. En supposant qu’au moment de la naissance du père de M. Alassane Dramane Ouattara, son grand-père avait 21 ans, alors nous nous retrouvons en 1867 (1867 + 21 = 1888, année de naissance que M. Alassane Dramane Ouattara a donné de son père). Puisqu’à la page 86, Tauxier donne la durée de leur vie de Diori (1841- 1861) et de Bakari Sotigui (1861-1865). De ce fait, Aboucar (le grand père) devrait logiquement avoir le titre de roi avant Bakari Sotigui. Or tel ne fut pas le cas.
Venons-en, maintenant au père même de M. Alassane Dramane Ouattara. Rappelons comme nous l’avons indiqué ci-dessus Tauxier fut contemporain du père de M. Alassane Dramane Ouattara. Et pour effectuer ses recherches Tauxier s’est rendu à Kong (Côte d’Ivoire) et à Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) en vue d’établir la chronologie de la descendance l’empereur Sékou Ouattara. C’est qu’il affirme ainsi :  « (…) en janvier 1922 lors de mon séjour à Kong et à Bobo – Dioulasso. »

D’autre part, Tauxier est décédé en 1942. Et, en ce moment, le père de M. Alassane Dramane Ouattara vivait encore en Côte d’Ivoire. D’ailleurs, il est rentré, à Sindou (actuel Burkina Faso), en 1947. Selon la version du fils (ADO), le retour de son père s’inscrivait dans le cadre de succession (chef à Sindou) qu’il devait assumer. Mais, en réalité, ce départ du père de M. Alassane Dramane Ouattara fait suite à un boycott des militants de Rassemblement Démocratique Africain (RDA). En effet, le père d’ADO, M. Dramane Ouattara a voulu empêcher ces militants de se rendre à Bamako lors du Congrès constitutif les 11, 12 et 13 octobre 1946 de cette grande organisation panafricaine. Bref, fermons cette parenthèse.

Alors, étant donné que le père Dramane Ouattara est né en 1888 et serait aussi issu de la branche de l’aîné de Sékou Ouattara, il aurait été logique que celui-ci fut prioritaire dans l’ordre de succession. Et cette priorité s’impose, non seulement aux autres arrières-petits fils de Sékou, mais surtout à ceux qui sont nés après lui, en occurence le 22ème roi : Pintié Ba (1895 – 1913). Or tel ne fut pas le cas comme en témoigne cet extrait :

«En résumé, il n’y a plus de chefs dioula, car Tamoriba, le roi théorique, le descendant le plus direct de Sékou, le successeur de Pinntié Ba, n’est plus lui-même à Kong, officiellement, que le chef de Kobakoko, petit canton d’un millier d’âmes au nord de Kong. Tamori Ouataraba (Tamori le grand), (…), est le fils de Bakari Sotigui, petit-fils de Souma Finng et arrière-petit fils de Sékou. (…) Tamoriba avaient deux frères qui sont morts, Laranzani et Adi. (…) . Si Tamoriba mourait, le successeur au titre de roi, au titre de chefs des états de Kong, serait Biema Ouatara, demeurant à Kong. Ce Biema Ouatara est fils de Daraba Ouatara, fils lui-même de Tiéba, fils lui-même de Souma Finng, fils lui-même de Sékou. Biema Ouattara est marié, a deux filles, mais pas de garçons. »

Conclusion

Comme on vient de le voir, ni M. Alassane Dramane Ouattara, ni sa famille ne sont issus de la lignée de l’empereur Sékou Ouatara. En effet, dans son livre-référence sur les Etats de Kong, le sociologue-chercheur Louis Tauxier a présenté « une longue liste des souverains de Kong de 1690 à 1913 c’est-à-dire depuis Sékou Ouattara jusqu’à son arrière-petit-fils, on n’y trouve la moindre trace de la famille d’Alassane Ouattara. » .

Mais, alors pourquoi M. Alassane Dramane Ouattara s’est-il construit cette lignée royale ?

Soit c’est quelqu’un (Alassane Dramane Ouattara) qui refuse de s’assumer pleinement tel qu’il est. Soit c’est pour se donner de la contenance vis-à-vis de ses maîtres Occidentaux, en général, et Français en particulier. Dans les deux cas, c’est ce qu’on appelle philosophiquement un individu aliéné. Et pour le comprendre, il faut lire l’essai de Franz Fanon : Peau noire masques blancs . Sinon, on ne pourra jamais s’expliquer la conduite de M. Alassane Dramane Ouattara, qui pour régler une simple crise électorale, a assassiné des Ivoiriens et des non Ivoiriens – voire même ses partisans politiques – par la fermeture unilatérale des banques et l’embargo sur les médicaments (non approvisionnement des hôpitaux et des pharmacies), et cela, pendant cinq(5) mois. Car M. Alassane Dramane Ouattara, pour son honneur et ses propres intérêts, n’a pas hésité à mettre en application «(…) un des principes fondamentaux du néocolonialisme français en Afrique : ‘nos intérêts valent plus que leurs vies’ » .

.
Tapé GROUBERA
Président du Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (MORAf)
m.moraf@yahoo.fr

Source: Connection Ivoirienne publiee en 2013

Photo: Couverture du livre de Bernad Houdin: LES OUATTARA. Une imposture ivoirienne

Charles Malone Mayomo


LES PLUS LUS 7 jours max