Le royaume du Waalo - Upafrika

Le royaume du Waalo

Résistance africaine

Le royaume du Waalo

Source : upafrika Edition -- (Hem Netjer) Date : 22-05-2018 04:04:28 -- N°: 269 -- Lu : 126 fois -- envoyer à un ami

Né au Sénégal suite à la dislocation de l’empire wolof du Djolof, le royaume du Waalo a marqué de façon légendaire l’histoire de la résistance africaine non seulement contre les razzias négrières, mais aussi contre la colonisation.

image -- Le royaume du Waalo

La Linguère Ndaté Yalla Mbodj, reine du Royaume du Waalo

Le Waalo est considéré comme le lieu de naissance et de développement de la langue et de la culture wolofs. Bien qu’étant d’origine mandingue, Ndiadiane Ndiaye est considéré comme l’ancêtre primordial des Wolofs. Celui-ci a fondé dès le 14 e siècle l’empire du Djolof avant que l’empire ne se disloque vers le 16 e siècle pour donner les royaumes que sont : Djolof, Waalo, Baol et Cayor.

C’est après avoir constaté le brassage culturel qui régnait dans la région que Ndiadiane Ndiaye a dû inventer la langue wolof pour harmoniser le vivre-ensemble des différentes populations dont la plupart étaient Peulhs, Sèrères, Soninkés et Maures.

Le royaume du Walo se localisait au nord du Sénégal et au sud de la Mauritanie et occupait une position stratégique entre le monde arabo-berbère et l’Afrique noire. Son roi portait le titre de Brack. Il y a trois dynasties régnantes dans le Waalo: les Loggar d'origine Maure, les Diouss d'origine Sérère et les Tédiek d'origine peulh. La première capitale du royaume était Njurbel ou Diourbel situé au sud de la Mauritanie actuelle, dans la région de Rosso plus précisément. En 1702, le Brack Yérim Mbagnick, transfère la capitale à Ndiani. En 1783 la capitale est à Khouma, puis enfin à Nder.

Les provinces et sous-provinces du royaume sont : Riket, Maanga, Gammalo, Marwayal, Tungeen, Njaw, Njuwar et Nalewu, toutes dirigées par les principales dynasties, et les divers membres de l'aristocratie. Le Waalo était délimité par l'émirat du Trarza au nord, le Fouta-Toro à l'est, l'océan Atlantique à l'ouest, le Cayor au sud, et le Djolof au sud-est.

 

L'organisation politique du Waalo est hyper bien définie. Le Brack était élu par le Seb Ak Baor , c’est à dire l'assemblée des grands électeurs, composé par le Diogomay (le maître des eaux), le Diaoudine (maître de la terre), Maalo (trésorier du royaume) et le Gouverneur des Kangames (chefs de provinces). Le Brack était choisi parmi les trois (3) dynasties du royaume. Comme dans toute l’Afrique, le royaume du Waalo est aussi matrilinéaire. L'héritier était choisi parmi les fils des sœurs du Brack et non parmi les fils du Brack.

Le royaume vivait de la production du mil, du maïs, de la gomme arabique, de l’or, de l’élevage et du commerce des produits tropicaux.

Les femmes du Waalo sont très réputées de par leur témérité et de par leur détermination face aux négriers musulmans mauritaniens arabes et berbères du Trarza et aux Toucouleurs musulmans qui voulaient islamiser de force les Ceddos (adeptes de la religion africaine) du Waalo. Pourtant la cohabitation religieuse était déjà reconnue dans le royaume. Les femmes de Waalo ont toujours fait preuve de gratitude et de bienséance. Le grand suicide collectif des femmes du village de Nder en 1820, appelé Talatay Nder en wolof, constituait un acte fort de résistance face aux Arabes et Berbères. Dans l’optique de rétablir la paix entre le royaume du Waalo et l'émirat du Trarza, la reine du Waalo Ndjeumbeut Mbodj, qui a régné avant sa sœur Ndaté Yalla Mbodj, s'était même mariée à Dagana le 18 juin 1833 avec le roi maure mauritanien du Trarza, Mohamed El-Habib. Leur fils Ely Ndjeumbeut a régné sur le Trarza entre 1878 et 1886.

image -- Le royaume du Waalo

Le château de Richard-Toll, construit par le baron Roger

En plus des prédateurs Arabes et Berbères de la mauritanie ainsi que des Toucouleurs musulmans, le Waalo est aussi confronté aux colons français. Ces derniers réussiront en 1859 à annexer le royaume sous le règne de Ndaté Yalla, la dernière grande reine du Waalo. Celle-ci s'est battue avec acharnement contre les Européens et contre les Arabes et Berbères esclavagistes de la mauritanie. Elle a finalement été vaincue à la bataille de Diouboulou par l'armée dirigée par Faidherbe le 22 février 1855. C’est à partir delà que commence la colonisation du Waalo et donc du Sénégal.

Du coup, l e château de Richard-Toll qui abritait les gouverneurs autochtones européens fut construit par le baron Roger. Le tour est néanmoins loin d’être joué pour les colons français, car q uelques années après avoir occupé le Waalo, les Français heurtent à de nouvelles résistances des Ceddos du Waalo sous la houlette de Sidya Ndaté Yalla Diop, fils de la reine Ndaté Yalla.

Hotep !

.
Papa Moussa Camara


LES PLUS LUS 7 jours max