”Soul To Soul chez qui on aurait trouvé des armes, est libre” (Avocat) - Upafrika

”Soul To Soul chez qui on aurait trouvé des armes, est libre” (Avocat)

Condamnation des pro-Gbagbo

”Soul To Soul chez qui on aurait trouvé des armes, est libre” (Avocat)

Source : bonsoirafrique.com -- Date : 28-05-2017 18:49:45 -- N°: 119 -- Lu : 2 fois -- envoyer à un ami

image -- ”Soul To Soul chez qui on aurait trouvé des armes, est libre” (Avocat)

Les avocats des trois pro-Gbagbo, l’ex-ministre Sébastien Dano Djédjé et les présidents de la JFPI (version Aboudrahmane Sangaré), Koua Justin et Nestor Dahi, condamnés à 30 mois de prison, le vendredi 26 mai 2017, à 30 mois de prison, pour “discrédit de décision de justice”, ne décolèrent pas. Pour Me Blédé Dohora, c’est une preuve que la justice est politique. Ci-dessous sa déclaration face à la presse.

 

“Le tribunal a estimé qu’il n’y avait pas de rébellion, de troubles à l’ordre public mais qu’il y avait quand même discrédit sur une décision de justice. De quelle décision s’agit-il ? Personne ne sait. On ne sait donc pas sur quoi porte le discrédit. Qu’est-ce qu’ils ont dit concrètement qui serait constitutif du discrédit de décision de justice ? On l’ignore mais on les condamne quand même.

“Un citoyen comme Soul To Soul chez qui on aurait trouvé des armes, a été entendu et libérés ; c’est scandaleux pour ce pays”

Alors qu’un citoyen comme Soul To Soul (directeur du protocole de Guillaume Soro, dont le domicile à Bouaké, a servi de cache d’armes, NDLR) chez qui on aurait trouvé des armes, a été entendu et libérés C’est scandaleux pour ce pays. C’est une décision politique qui découle d’un procès politique. De fait, on a eu juste envie de couvrir la détention de nos clients, car ils sont en prison depuis longtemps. Il fallait de ce fait, rendre une décision qui fasse croire qu’en la vérité, on est en droit de faire ce qu’on fait, sans courir de risque”.

Soulignons que les deux présidents de la JFPI sont en prison depuis plus de deux ans et Sébastien Dano Djédjé bénéficie d’une liberté provisoire. En les condamnant à 30 mois de prison, sans pouvoir justifier le discrédit de décision de justice, la justice ivoirienne essaye de camoufler leur détention injustifiée.

.
Ouattara M.

Les vidéos à la une
  • Johnny Hallyday (1943 - 2017) : La france rend un hommage his...
  • Droite-gauche ou la continuité françafricaine
  • Centrafrique:Bangui vive tension après la mort accidentelle d’...
  • Les résultats des concours administratifs 2017 disponibles
  • Des officiers de l'armée du Zimbabwe ont annoncé être interven...
  • Le Burundi est devenu vendredi le premier pays africain à quit...

LES PLUS LUS 7 jours max